Laurence Barrer
Diplômée de l'Université d'Aix Marseille
Docteur en Psychologie

Les Hauts Potentiels Intellectuels

L’objectif de ma recherche porte sur l’analyse de processus psychiques chez les personnes à haut potentiel intellectuel en déterminant des critères (standard of proof) de mise à l’épreuve des hypothèses, en les quantifiant à partir de vidéos avec une méthodologie mixte, qualitative et quantitative (mixed methods).

Les personnes à Haut Potentiel Intellectuel et leurs mécanismes psychiques

Dans le deuxième axe, nous posons la question de « l’addiction à l’imaginaire » chez les personnes à Haut Potentiel Intellectuel et de leur retrait possible dans un monde virtuel (avatar dans les jeux vidéos, MMORPG (massively multiplayer online role-playing game) en lien avec des mécanismes autistiques comme les stéréotypies (Barrer, 2008) et le démantèlement. Cette population est aujourd’hui étudiée dans le champ cognitif ou neurodéveloppemental, ma recherche investigue ce champ d’un point de vue psychopathologique. J’émets l’hypothèse que les personnes addictées au virtuel (surnommées Geek ou « nolife ») sont à Haut Potentiel Intellectuel et pourraient avoir une problématique sous-tendue par des processus autistiques (stéréotypie des comportements, inhibition de la relation à l’autre, capsules autistiques chez les névrosés dont parlait Tustin) qu’il reste à décrire. Nous constatons qu’une néo-culture inhérente à cette population Geek envahie notre culture occidentale et notre quotidien (Barrer, 2016). La méthodologie de notre recherche repose sur les tests d’investigation de ce potentiel intellectuel avec les échelles de Wechsler (WPPSI, WISC et WAIS) considérés internationalement comme représentatives du concept de Quotient Intellectuel. Les Hauts Potentiels recourraient à l’imaginaire, au virtuel pour masquer leurs difficultés à développer des relations sociales, processus potentiellement sous-tendu par des processus autistiques. Je souhaite investiguer plus avant cette recherche.

Les méthodes mixtes

L’utilisation de méthodes mixtes m’amène aujourd’hui à échanger avec des neuroscientifiques (Dr Katia Dauchot collaboratrice d’Yves Burnod au laboratoire d'Imagerie fonctionnelle,
Faculté de médecine Pierre et Marie Curie à Paris) dans une perspective associative entre psychanalyse et neurosciences. Les méthodes mixtes nous sont apparues complémentaires pour
ouvrir le champ d’investigation des processus psychiques, une méthode d’observation clinique avec le codage des corpus d'entretien in extenso des séances et une méthode quantitative d'encodage des séances filmées. J’utilise le même protocole pour l’analyse des groupes thérapeutiques et du psychodrame psychanalytique de groupe.

pebbles 1090536 1920